Description - Jute

La jute est biologique, 100 % naturelle et de source végétale. Elle est entièrement biodégradable, résistante à la chaleur et est utilisée comme isolant thermique. Elle est disponible en 5, 6, 7, 8.9 & 10 onces, unie ou imprimée, en sac standard ou sur mesure. Impression personnalisée sur demande.

Surnommé la « fibre d’or », le jute est une des fibres naturelle les plus longues et les plus utilisées. On le retrouve dans divers textiles.

La plante 
Le jute est extrait de l’écorce du jute blanc (Corchorus capsularis) et, dans une moindre mesure, de la corète potagère (C. olitorius). Cette fibre naturelle d’aspect soyeux est surnommée « fibre d’or » en raison de ses reflets. Il s’agit d’une culture annuelle qui prend environ 120 jours pour arriver à maturité (avril/mai-juillet/août). 

Le jute prospère dans les terres tropicales situées à faible altitude et ayant un taux d’humidité compris entre 60 et 90 pour cent. C’est une culture pluviale peu gourmande en engrais et pesticides. Son rendement est d’environ deux tonnes de fibre sèche par hectare. Le jute est l’une des fibres naturelles les moins chères. Il vient en deuxième position derrière le coton sur le plan des volumes produits comme de la diversité des usages. 

La fibre
La fibre de jute est longue, douce et brillante. Sa longueur va de 1 à 4 mètres et son diamètre de 17 à 20 microns. Elle est essentiellement composée de cellulose végétale et de lignine, qui sont respectivement les principaux composants de la fibre végétale et de la fibre de bois. Les méthodes de rouissage utilisées pour séparer l’écorce filamenteuse d'avec la tige peuvent être biologiques ou chimiques, mais les premières sont plus répandues compte tenu du coût des produits chimiques. Le rouissage biologique englobe plusieurs techniques consistant à lier les tiges en faisceaux avant de les faire tremper afin de séparer plus facilement les fibres de la tige. On gratte ensuite la matière non fibreuse, ce qui permet enfin d’arracher les fibres.

Avantages pour l'environnement
Totalement biodégradable et recyclable, la fibre de jute est respectueuse de l’environnement. Un hectare de jute consomme environ 15 tonnes de dioxyde de carbone et relâche 11 tonnes d’oxygène. La rotation des cultures permet par ailleurs d’améliorer la fertilité des sols au profit de la récolte suivante. De surcroît, le jute ne produit pas de gaz toxique lorsqu’il est brûlé. 

Les usages du jute 
Le jute est une fibre polyvalente. Avec la Révolution industrielle, il a largement devancé le lin et le chanvre dans la fabrication des sacs, lesquels représentent aujourd’hui encore l’essentiel des produits issus de cette fibre. Le jute a comme caractéristique intéressante de pouvoir être utilisé indépendamment aussi bien qu'avec diverses fibres et matières. S'il est de plus en plus souvent remplacé par des matières synthétiques, certains fabricants tirent parti de sa biodégradabilité pour des usages où ces dernières seraient inadaptées. On le retrouve par exemple dans des toiles pour mottes, destinées à la plantation de jeunes arbres, ou encore dans les géotextiles, pour lutter contre l’érosion et maintenir les sols. Ces produits se désagrègent et il donc est inutile de les retirer du sol.

Le jute présente d’autres avantages. Bon isolant, il est doté de propriétés antistatiques intéressantes et affiche une faible conductivité thermique; sa capacité de rétention de l’humidité est moyenne. 

Textiles
Les principaux produits à base de jute sont les fils et ficelles, les sacs et autres toiles et les dos de tapis. La fibre de jute est également utilisée dans des textiles mixtes. Elle présente une forte résistance à la traction, une faible extensibilité et permet d’améliorer la « respirabilité ». Elle est tissée pour fabriquer des rideaux, des revêtements de chaises, des tapis et des carpettes, et se trouve souvent mélangée avec d’autres fibres synthétiques ou naturelles. De surcroît, les fils les plus fins peuvent être séparés pour imiter la soie. Il est également possible de mélanger le jute avec la laine, en le traitant auparavant avec de la soude caustique afin d’en améliorer l’ondulation, la douceur, la souplesse et l’apparence générale. 

Emballage
Le jute est souvent utilisé pour emballer les produits agricoles et, de plus en plus fréquemment, dans des emballages rigides et pour renforcer le plastique. Il remplace également le bois dans des pâtes et papiers. 

Sous-produits
Les sous-produits du jute sont employés en cosmétique, dans des médicaments, dans des peintures et dans d’autres produits. Dans les zones rurales des pays producteurs, les tiges de jute sont utilisées comme combustible et pour fabriquer des clôtures. Elles remplacent avantageusement le bois de forêt et le bambou dans la production de panneaux de particules et de pâtes et papiers.

Producteurs
Le jute provient d’Asie du Sud et plus particulièrement d’Inde et du Bangladesh, où se concentrent 95 pour cent des cultures mondiales. Le Népal et le Myanmar en produisent également de faibles quantités. Le Pakistan, malgré des volumes de production limités, importe des quantités importantes de jute brut à des fins de transformation, essentiellement depuis le Bangladesh. 

Production et commerce
La production de jute connaît des fluctuations dictées par les conditions météorologiques et les prix. Au cours des dix dernières années, elle a été comprise entre 2,5 et 3,2 millions de tonnes, ce qui est comparable à la laine. L’Inde et le Bangladesh représentent respectivement 60 pour cent et 30 pour cent de la production mondiale. Le Bangladesh exporte près de 40 our cent sous la forme de fibre brute et quelque 50 pour cent sous la forme de produits manufacturés. L’Inde exporte près de 200 000 tonnes de produits en jute, le solde étant destiné au marché intérieur.

Perspectives du marché
La demande pour le jute et les autres fibres naturelles susceptibles d’être mélangées avec le coton progresse à mesure qu’augmente celle pour les mélanges de fibres naturelles. Les usages du jute se sont développés dans l'industrie textile. En plus des applications traditionnelles, on le retrouve désormais dans différents textiles à valeur ajoutée utilisés dans l’ameublement ainsi que dans des composites, en particulier comme fibre de bois. Les produits diversifiés en jute représentent actuellement un faible pourcentage de la consommation totale, mais ce segment pourrait connaître une croissance rapide si des investissements étaient réalisés pour renforcer les ressources et améliorer les compétences. Le jute joue également un rôle direct dans l’agriculture de conservation et il constitue aujourd’hui une option écologique et économique reconnue dans différentes applications touchant aux sols.